La Bantam de Pékin est une petite poule espiègle et très affectueuse.

La Bantam de Pékin est une petite poule espiègle et très affectueuse.

La Bantam, un amour de (petite) poule

Vous rêvez d’avoir des poules mais votre jardin est trop petit ? La poule Bantam de Pékin est faite pour vous ! Ne vous fiez pas au plumage vaporeux de cette jolie cocotte. Son poids de 500 grammes à l’âge adulte (1/5ème du poids d’une poule pondeuse !) la classe dans la catégorie des poules naines. Double avantage de ce poids plume : mademoiselle fait peu de dégâts dans le jardin et son besoin d’espace est moindre – comptez 1 à 2 M2 d’espace herbeux par poule contre 5 à 10 M2 pour une poule pondeuse classique.

Autre atout qui rend cette élégante si attachante : son bon caractère ! Très facile à apprivoiser, vous pourrez l’approcher sans difficulté si vous adoptez une voix et des gestes doux. Car n’oubliez pas que lorsque vous débarquez dans le poulailler avec votre taille et votre assurance d’humain, au début la poule réagit un peu comme si elle voyait arriver King Kong à grandes enjambées. Elle n’est pas forcément rassurée !

Douceur, calme et patience sont donc les maîtres mots pour apprivoiser vos poulettes. Vous verrez, moins vous essaierez de les attraper, plus elles se rapprocheront… comme dit le dicton, « fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis ! ».

C’est certain, vous vous attacherez très vite à la petite poule Bantam à tel point que vous serez tentés d’agrandir la troupe en diversifiant les couleurs. Car c’est l’une des curiosités de cette race : quel plumage ! Porcelaine, noire, dorée, cailloutée, mille fleur ou argentée… Il existe une grande diversité de coloris et motifs. D’ailleurs si vous intégrez un coq au cheptel, vous en inventerez probablement des nouveaux !

Cette poule est incontestablement une princesse du poulailler. Quelle classe ! Tel un petit nuage, la Bantam semble flotter sur la pelouse du jardin. On l’envierait presque tellement elle semble bien dans son manteau douillet, semblable au duvet.

Mais redescendons sur terre. Car son Altesse passe plus de temps à se pavaner qu’à œuvrer dans le pondoir. Si vous récoltez 80 œufs par an estimez-vous chanceux. Quant à leur taille, comptez 20 à 30 grammes grand maximum, contre 60 à 80 grammes pour une pondeuse fermière. Autant dire qu’il faudra savourer les omelettes ! Mais décidément madame sait se faire pardonner : très douce, elle dispose d’un instinct maternel très affirmé et couvera bien volontiers les œufs des autres poules. Sous sa responsabilité vous pourrez dormir l’esprit tranquille, les poussins seront bien élevés !

Quant au coq, ne vous fiez pas à sa petite taille, il serait capable de mourir au combat pour protéger ses poulettes ! Cela, quelle que soit la taille de l’assaillant… Le valeureux petit coq n’en reste pas moins très sympathique et son chant plus discret que d’autres grandes races en fait un candidat potentiel pour un poulailler urbain… À bon entendeur 😉

 

Vous aimez la (petite) poule Bantam de Pékin ? Partagez-la sur Pinterest 😉

 

poule-bantam-pékin

Farmili vous conseille

  1. bonjour j’aimerais deux poules de bantam car elles sont sympas avc les enfants mais peut on l’avoir à la sortie de la lampe?merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *